Journée mondiale du climat

By on 8 décembre 2021

En cette journée mondiale du climat, les Jeunes MR souhaitent réaffirmer leurs positions en matière de lutte contre le changement climatique, préoccupation de notre jeunesse.

En matière de lutte contre le changement climatique, il est essentiel de renforcer l’action publique en prenant des mesures concrètes et efficaces.  Cependant, bien que notre pays fait partie de ceux qui ont l’ambition d’adopter une stratégie qui vise à atteindre les objectifs de Paris à l’horizon 2050, on remarque certaines lacunes dans le mécanisme de prise de décision. 

Certaines des compétences essentielles pour mener une politique climatique forte font partie de domaines de compétences partagés entre l’Etat fédéral et les trois régions du pays. En effet, les compétences de l’autorité fédérale en matière de climat sont notamment liées au développement de l’éolien offshore, et de l’isolation de son propre bâti. 

Dès lors, la question de la coordination avec les régions (compétentes en matière de renouvelable, d’isolation des logements,…) est cruciale. Les différents gouvernements du pays doivent s’entendre

Il est notamment question de cette coopération dans le cadre des négociations de la répartition des objectifs intra-belges.

Exemple récent, les négociations entre l’État fédéral et les Régions concernant cet accord de coopération sur les objectifs climatiques et énergétiques pour la période 2021-2030 n’ont pas encore abouties. Pour rappel, en juin dernier, les différents ministres du climat se sont déclarés disposés à parvenir à un accord politique avant la COP 26 du mois de novembre. Le 11 octobre, le Ministre wallon du Climat et de l’Energie Philippe Henry (Ecolo), qui préside actuellement le Conseil National Climat a réaffirmé sa volonté d’aboutir à un accord sur le partage des objectifs climat 2030 avant la COP 26, cependant, aucun accord n’a été trouvé ni avant, ni pendant, ni après la COP 26… en ce mois de décembre, il n’y a  toujours pas d’accord…

Dès lors, comme le propose depuis plusieurs années les Jeunes MR, nous préconisons une « refédéralisation » du Climat et de certains pans des compétences énergétiques. En effet, en tant que jeunes libéraux, nous souscrivons à une volonté d’efficacité des pouvoirs publics.

Outre la refédéralisation de la compétence, afin d’atteindre les ambitions climatiques, nous soutenons la mise en œuvre d’un mix-énergétique belge prenant en compte l’énergie nucléaire, source d’énergie bas carbone. Les Jeunes MR se prononcent donc en faveur de la prolongation de deux réacteurs nucléaires produisant 2GW au-delà de 2025. Cette prolongation étant essentielle afin de garantir la sécurité d’approvisionnement, mais également pour maintenir un prix de l’énergie bas pour les ménages et nos entreprises. 

A nos yeux, il est indispensable de soutenir l’énergie nucléaire face aux énergies fossiles extrêmement polluantes, dont le gaz. La construction de centrales électriques fonctionnant au gaz impacterait l’ambition et les objectifs belges en matière de lutte contre les changements climatiques. En prenant en compte les estimations disponibles, la construction de nouvelles centrales au gaz  devrait émettre quelques millions de tonnes de CO2 en plus (selon le bureau d’étude Energy-ville 25 millions de tonnes en plus, en dix ans, tandis que pour le Bureau du Plan il s’agirait d’au moins 40 millions de tonnes supplémentaires sur dix ans).

Il y a trois critères essentiels pour une politique énergétique moderne, viable et souhaitable pour notre société : le prix pour les citoyens et les entreprises, la sécurité d’approvisionnement, et le respect des engagements environnementaux et climatiques, tel que l’Accord de Paris (COP 21) et l’ambition européenne de neutralité carbone. 

Si nous voulons rencontrer ces trois critères, la seule piste viable serait la prolongation de l’énergie nucléaire tel que possible dans l’accord de gouvernement.

 

José Vanobost
Délégué Développement durable, environnement, agriculture, bien-être animal, ruralité́, énergie & climat