Les Jeunes MR au gouvernement wallon : « n’abandonnez pas le service garanti/minimum pour les transports en commun »

Publié le 7 octobre 2019


Vous êtes ici : > Communiqués de presse > Les Jeunes MR au gouvernement wallon : « n’abandonnez pas le service garanti/minimum pour les transports en commun »

Ce lundi 07 octobre, les Jeunes MR ont lu avec attention l’interview du Ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry (Ecolo), publiée dans les pages de La Libre Belgique. Dans celle-ci, le Ministre estime que le service garanti/minimum – c’est-à dire la garantie de la continuité des transports en commun en cas de grève – n’est pas « son option » (sic) et semble ainsi revenir sur cette mesure, estimant que les réformes du projet AméDiS (Amélioration du Dialogue social) avalisées en 2011 suffisent. Les propos du Ministre jettent le flou sur l’avenir du service garanti/minimum en Wallonie. Pour les Jeunes MR, il n’est pas acceptable de revenir en arrière sur cette mesure.

Le Président national des Jeunes MR, Steve Detry commente : « c’est une évidence pour nous, en tant qu’organisation de jeunesse, de défendre le service garanti/minimum car de nombreux jeunes sont dépendants des transports en commun. Et ce sont eux qui, trop souvent, encaissent les dommages collatéraux des grèves générales et autres journées d’actions syndicales qui, étrangement, tombent très (trop) régulièrement en période d’examens. C’était encore le cas en décembre 2018. »

Les Jeunes MR s’étaient félicités de la décision du précédent gouvernement wallon en la matière. « Quand le gouvernement de Willy Borsus a instauré le service garanti/minimum au niveau wallon, c’était une belle victoire pour nous. » explique Steve Detry. « Cette mesure reste la meilleure solution pour garantir la continuité des transports en commun sans pour autant contrevenir au droit de grève des travailleurs. Nous voulons entendre du Ministre Henry qu’il n’a pas l’intention de revenir en arrière à ce sujet. S’il veut déposer des propositions d’améliorations pour rendre le système plus efficace, pourquoi pas. Mais abroger la mesure en estimant que la concertation sociale, à elle seule, suffit pour éviter la paralysie du réseau à la prochaine action syndicale, c’est se bercer d’illusions. Ce que nous ne voulons pas faire. »

Le Président des Jeunes MR rappelle que la qualité et la fiabilité des transports en commun doivent être la priorité. « Vouloir accorder la gratuité des transports en commun aux jeunes est une chose. Mais leur vraie préoccupation, c’est avant tout la qualité et la fiabilité du réseau. La qualité, ce sont des bus plus fréquents, des trajets plus cohérents, des véhicules adaptés au nombre d’usagers pour éviter les voyages où l’on est debout, serrés comme des sardines. L’accord de gouvernement wallon fait de bonnes propositions, on sera attentif à leur réalisation. La fiabilité, c’est avoir la garantie de pouvoir prendre son bus même s’il y a des perturbations pour se rendre, par exemple, à son cours. Le système fonctionne au niveau de la SNCB. Il n’y a pas de raison que ça ne marche pas en Wallonie. »

« À l’heure d’une prise de conscience générale vis-à-vis du Climat, nous pensons que c’est en se concentrant sur ces deux points (qualité et fiabilité) que l’on va rendre les transports en commun plus attractifs et, par-là, réussir notre transition vers une mobilité plurielle et moins polluante. » conclut le Président.