Communiqué de presse | La semaine de 32 heures : un régime insoutenable pour les PME

Publié le 5 mars 2014


Vous êtes ici : > Communiqués de presse > Communiqué de presse | La semaine de 32 heures : un régime insoutenable pour les PME

Hier, le Président des Jeunes Socialistes, Jonathan Dawance, s’exprimait dans l’Echo en vue des élections de mai 2014. Il propose, entre autres, la semaine des 32 heures. L’idée n’est pas neuve. On le sait, la réduction du temps de travail a toujours été au centre de la réflexion au sein des mouvements de jeunesse politiques de gauche. Mais cette démarche n’a jamais abouti, et pour cause : ce régime serait insoutenable pour les petites et moyennes entreprises.

En effet, selon nos calculs, pour une PME qui occupe dix employés, cela constituerait une augmentation moyenne des charges sociales de 23%. Ces PME, qui sont le véritable poumon économique de l’Union européenne (99% des entreprises et 2/3 des emplois privés) et de notre pays, ainsi que le premier employeur sur notre territoire, représentent 60% de la création d’emploi en Wallonie. Or, ces entrepreneurs souffrent déjà lourdement de la situation économique actuelle. En février 2014, 984 entreprises ont fait faillite. Selon une étude récente, il s’agit d’une augmentation de 6,2% par rapport au même mois en 2013 et un record pour un mois de février. Pour les deux premiers mois de l’année, la Wallonie et la Flandre enregistrent des hausses respectives de 4,6% et 4,3%.

De plus, une entreprise sur six est menacée de faillite. La situation est particulièrement grave à Bruxelles, où 26% des PME sont jugées en situation critique. En Wallonie, on atteint 16,7% des entreprises, 15% en Flandre. La mise en place d’une semaine de 32 heures ne ferait qu’enfoncer des entreprises qui éprouvent déjà d’énormes difficultés à engager du personnel, voire à subsister.

Les Jeunes MR dénoncent l’impact catastrophique que pourrait avoir cette proposition sur le développement des petites et moyennes entreprises et sur l’emploi qui en découle. Il faut soutenir les PME et l’entreprenariat en mettant en œuvre des conditions favorables au maintient et à la création de nouvelles entreprises. C’est de cette manière que nous parviendrons à créer de véritables emplois de qualité.

Dans cette optique, les Jeunes MR plaident pour :

·La simplification de l’ISOC avec un taux unique à 25% (moyenne européenne) au lieu de 34% actuellement ;

·Le maintien des exemptions de charges sur les premiers engagements au sein des PME et, à terme, une véritable réduction des charges sur tous les engagements ;

·La possibilité, pour les PME dont le chiffre d’affaires n’excède pas un million d’euro HTVA, d’inscrire la TVA due dans le trimestre d’échéance de la facture et non plus à la date d’émission.

·Le développement du concept de « Business Angel ».

Au travers de ces mesures, nous pourrons garantir la compétitivité de nos entreprises, encourager la création d’emplois, résorber le chômage, particulièrement des jeunes, et renforcer la viabilité de notre économie. En valorisant les PME et en les soutenant dans leur travail au quotidien, nous investissons dans l’avenir de notre pays.