Brève | Cette semaine, c’est la semaine de la mobilité ! Un conseil : restez chez vous.

Publié le 19 septembre 2013


Vous êtes ici : > Brèves > Brève | Cette semaine, c’est la semaine de la mobilité ! Un conseil : restez chez vous.

Cette semaine, c’est la semaine de la mobilité. Ce grand « mouvement citoyen » qui préconise l’utilisation rationnelle de la voiture souhaite démontrer les avantages des modes de déplacement alternatifs comme la marche, le vélo, le covoiturage, le bus, le train, et éveiller ainsi les consciences.

Malheureusement, les navetteurs-clients (et souvent victimes) de la SNCB vous le diront : la qualité des prestations n’encourage pas à utiliser le train. Quant aux utilisateurs des trams et autres lignes de bus, régulièrement bloqués dans le trafic matinal, eux aussi trouvent que cette semaine devrait plutôt s’appeler « la semaine de l’immobilité ».

Inutile d’évoquer les automobilistes. Eux subissent leur sort en silence en attendant désespérément les alternatives crédibles et ponctuelles. Typiquement, ils sont pourtant «LE » public cible de ce genre de campagne. Ils sont d’ailleurs moins nombreux à Bruxelles à utiliser leur voiture pour se déplacer, la part totale de déplacements en voiture étant passée de 50 à 32%.

Cependant, force est de reconnaître que peu d’automobilistes apprécient de conduire aux heures de pointe : stress, fatigue, risque d’accidents, temps de parcours aberrants, autant d’inconvénients que nombre d’entre-eux souhaiteraient éviter. Mais souvent, ils n’ont pas vraiment le choix. Les plans de mobilité ne résolvent rien, l’offre des transports en commun ne s’étend que difficilement, et le coût de ceux-ci augmente sans cesse, alors que la qualité des prestations, elle, ne suit pas.

Malgré les chiffres évoqués par la SNCB, les retards sont monnaie courante, sans parler des grèves, parfois sauvages, qui laissent les utilisateurs sur le bord de la route…et du quai (ndlr : à l’heure où nous écrivons ces lignes, une grève ferroviaire vient d’éclater à Charleroi).  Qu’attendent les autorités compétentes pour prendre les mesures adéquates ? Qui relèvera le défi de la mobilité de demain?

Les Jeunes MR plaident pour l’instauration d’un service minimum en cas de grève des transports en commun. Les Jeunes MR réclament une politique d’avenir en matière de mobilité, une politique sur le long terme, soutenue par des investissements massifs, pour donner à tous les citoyens des solutions alternatives pour se déplacer. Exprimez-vous dès maintenant sur la question de la mobilité en votant sur le site de Génération Défi et participez au débat politique lors des Congrès qui auront lieu en Wallonie et à Bruxelles.

Améliorer la mobilité, c’est favoriser la croissance, l’emploi mais également le bien-être individuel. La mobilité passe aussi par les Jeunes MR !