Brève | Test à l’entrée des études universitaires : un bon moyen de faire le point.

Publié le 27 août 2013


Vous êtes ici : > Brèves > Brève | Test à l’entrée des études universitaires : un bon moyen de faire le point.

Ce matin, le recteur de l’Université de Liège, Bernard Rentier, s’exprimait en faveur de l’introduction d’un test informatif à l’entrée des études universitaires. Ce test permettrait selon lui aux jeunes étudiants d’évaluer leur niveau par rapport aux attentes des études qu’ils entameront quelques semaines plus tard, et réduirait ainsi le nombre d’échecs en  fin de première année.

En effet, les élèves sortant tout juste du secondaire sont parfois mal préparés à entamer les études de leur choix. Cela peut s’expliquer par le manque de dialogue entre le secondaire et le supérieur qui entraine une inadéquation entre les matières étudiées d’un côté et les connaissances requises de l’autre.

Un autre élément qui peut jouer en la défaveur de l’étudiant est la différence qui existe  entre l’image que ce dernier se fait des études qu’il va entreprendre et le contenu des programmes. Même principe en ce qui concerne l’idéalisation de certains métiers par rapport à la réalité du terrain.

Pour toutes ces raisons, les Jeunes MR avaient, dès 2009, proposé la mise en place d’un test d’évaluation en adéquation avec les études choisies par l’étudiant afin de l’orienter dans son choix et confronter ses connaissances avec les exigences de l’enseignement supérieur. Les Jeunes MR  soutiennent donc l’idée d’un test informatif , sans conséquence sur les futurs résultats de l’étudiant, qui permettra à celui-ci de choisir s’il souhaite vraiment entamer le cycle d’études pour lequel il a opté ou plutôt de se réorienter vers un domaine d’études parallèle qu’il n’aurait pas envisagé et qui conviendra plus à ses attentes et à ses connaissances.

Du fait de ce test, l’étudiant aura une meilleure vision des possibilités de formations offertes lors de son entrée dans l’enseignement supérieur et commencera sa vie d’étudiant du bon pied. Nous sommes ici dans la prévention : éviter les échecs et les désillusions pour permettre aux jeunes de mieux préparer leur avenir.